A la veille de notre départ à La Havane, on fait une « petite » lessive de noir. On trouve un Laundromat ouvert le dimanche et on y va!

Après l’effort, le réconfort! On va ensuite manger au japonais…

On se remet en branle pour visiter une galerie: elle est toute petite… on repart la queue entre les jambes.

On en repère une autre: elle est fermée! Pas grave, il y a la Phillips Collection juste à côté. Pas vraiment contemporain, plutôt moderne, mais on apprécie quelques pièces 🙂

On se dirige ensuite en métro vers Chinatown. Il n’y a pas vraiment grand chose de chinois de ce côté. Par contre, il y a le Smithonian American Art Museum qui est ouvert jusque 7:00pm… On entre? Ben oui… Et on a bien fait! C’est l’excellente surprise de notre séjour à Washington.

Du vieux et de l’actuel (beaucoup de portraits mais pas que); pas mal de choses captent notre attention. On valide…

On rentre, Marie fignole les valises et on sort manger. Demain, on quitte l’hôtel vers 5:00am pour rejoindre l’aéroport Ronald Reagan d’où nous décollerons pour Fort Lauderdale, notre escale avant de nous envoler pour La Havane, à Cuba.

On ne sait pas encore si on aura un accès à Internet depuis Cuba, ne vous inquiétez pas si on n’est pas prompt à vous raconter nos journées. Il faudra peut-être attendre le 20, jour de notre retour aux States, pour reprendre le cours de la narration…

Quoi qu’il se passe dans les prochains jours, sachez que « mon français n’est pas le meilleur mais je m’en bats les co**lles » 😀 [Marie : Pour les non initiés, c’est une vieille citation de Kévin De Bruyne que celui-ci a ressortie aujourd’hui face aux supporters rassemblés sur la Grand Place.]

2 commentaires

  1. Genial et original, ce Laundromat Museum. A la fois, on y interroge la notion de mouvement (surtout rotatif, il est vrai) dans la création contemporaine. L’art en perpétuel recommencement à 600 tours par minute.
    Et la dimension sonore n’y est elle pas sublimement sublimée, quant elle n’est même jamais conviée chez les van Gogh et les Breughel?
    Je serais moins fan de l’exploration expérimentale du monde sensible (au sens que lui donne Platon) dans son expression olfactive; surtout au début de la visite. Mais tous les goûts…
    Le visiteur participe à l’acte créatif; foin ďe ces présentations statiques et surannées. Expérience bouleversante pour chaque visiteur qui ramène ensuite sa création pour l’exposer dans son salon.
    Le Laundromat, c’est l’avenir de l’Art en marche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *